Men of Honor (23 octobre 2018) de Saul Dibb avec Sam Claflin, Asa Butterfield

Mars 1918. La compagnie C de la British Army Infantry du Capitaine Stanhope va prendre son tour de garde de 6 jours dans les tranchées, près de Saint-Quentin. Dans cette guerre de position qui s’éternise, les Allemands s’apprêtent à lancer l’assaut de la dernière chance pour percer les lignes alliées. Malgré l’imminence du déluge de feu qui s’annonce, les officiers de la compagnie et leur cuisinier rêvent de confort et de bonne chère, quand Raleigh, jeune officier frais émoulu de l’école, arrive sur le champ de bataille. Il a fait un long voyage pour rejoindre au combat son ami Stanhope, son ex-surveillant de lycée et amoureux de sa soeur, devenu un homme sombre, dévoré par l’alcool et l’angoisse. Alors que le piège va lentement se renfermer, ces hommes vont devenir des frères d’armes, héros anonymes au coeur des tranchées, soudés par la force et le courage de chacun.

Chronique : Ce film est un drame plus qu’un film de guerre puisqu’il suit des soldats britanniques lors des quelques jours qui précèdent une grande attaque de l’armée allemande. Une attaque qui va venir, ils le savent, mais ils ne peuvent rien faire à part attendre une mort quasi certaine. Saul Dibb nous place dans une situation inconfortable et pourtant il ne parvient à nous le faire sentir. En adaptant la pièce de théâtre de R.C. Sherriff, le réalisateur est capable de traduire ce sentiment de claustrophobie à l’intérieur des tranchées, avec un ennemi invisible auquel on ajoute un compte à rebours augmente ce sentiment d’angoisse. Avec des thèmes forts comme l’impact d’une guerre sur ces soldats qui deviennent paranoïaques, cette histoire est bien fort en émotion. C’est surtout un film d’atmosphère que vous aurez à voir et seulement vous imaginer l’angoisse durant ces jours d’attente.À la mémoire de tous ces héros tombés au champ d’honneur.

Note : 9/10

Journey's-End-LB-1.jpg

ImageBien que ce ne soit pas un film à gros budget, la production moderne parvient à donner une impression d’époque très bien réalisée, imprégnée de la morosité presque monochromatique généralement associée aux films de guerre, mais également riche en détails et en texture palpable. Des uniformes usés aux visages creux, les nuances les plus fines sont bien observées, tandis que la toile de fond improvisée de la Normandie semble assez authentique, regorgeant de décors convenablement endommagés au combat. Les séquences de combat n’ont guère une échelle épique, mais l’utilisation judicieuse de la brume et de l’ombre lui confère une impression plus large que ce à quoi vous vous attendiez.  La palette de couleurs voit les scenes intentionnellement privée de tout ce qui est particulièrement vibrant ou vif, variant souvent entre les nuances de gris et de marron, mais ne semble jamais trop stylisée – au lieu de cela elle est imprégnée d’un image tiède qui ne fait que donner l’impression authentique d’époque c’est évidemment destiné. Les niveaux de noir sont assez forts, ne faiblissant que dans les extrêmes et complètent une présentation forte, souvent de très bonne qualité, qui n’est guère un terrain de démonstration mais qui constitue néanmoins une représentation solide du film.

Son: Avec une solide piste audio DTS-HD Master Audio 5.1, offrant une représentation solide du dialogue et de la partition – qui occupe une place centrale sur le premier acte alors que la tension monte – et offre des rythmes de bataille plus traditionnels que jamais on va au plus loin dans le film.
 En fait, pour la majorité du film, c’est la partition qui fait le gros du travail, fournissant un accompagnement angoissant qui est parsemé de tons inquiétants d’effroi, ce qui renforce efficacement la tension tout au long du film.  Le film se traite souvent comme une arme, les nuits calmes attendant une attaque sont assombries par une terreur palpable, avec des coups de feu soudains assourdissants et choquants sur un fond aussi silencieux et ponctuant la nuit de poids et d’impact.
 Pour la plupart, les effets ici sont par ailleurs fortuits, créant une atmosphère décente pour le morceau avant que les tranchées ne deviennent trop claustrophobes et que tout l’enfer se déchaîne, après quoi l’entourage devient beaucoup plus d’une séance d’entraînement. Encore une fois, ce n’est pas vraiment une qualité de démonstration – ce n’est pas exactement le Dunkerque de Nolan – mais la piste est néanmoins solide.

Bonus : Présentation du film et interviews : Cet EPK comprend des interviews avec l’équipe du film qui aborde la prémisse du film, les personnages, les détails historiques,
Making of : le making of est intéressant et  nous permet de découvrir de l’intérieur la création du film.
Les grandes périodes de la guerre 14-18, par l’historien Jean-Yves Le Naour (Musée de la Grande Guerre de Meaux) : Très bon documentaire afin d’aller au plus loin du film ce qui nous offre une belle vision d’ensemble et nous fait un bon cours d’histoire sur cette période.

 

  • Acteurs : Sam Claflin, Asa Butterfield, Paul Bettany, Toby Jones, Tom Sturridge
  • Réalisateurs : Saul Dibb
  • Format : PAL
  • Audio : Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais, Français
  • Région : Région 2
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Swift Productions
  • Date de sortie du DVD : 23 octobre 2018
  • Durée : 107 minutes

81bzevQVbGL._SY445_.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s