Le cycle de Mithra : Intégrale des romans et des nouvelles de Rachel Tanner | 16 mai 2019

VIIIe siècle après Jésus-Christ : le culte de Mithra est devenu la religion officielle de l’Empire romain, et les autres cultes, dont celui de la petite secte chrétienne, sont férocement réprimés. Mais les mécontents s’agitent : peuples germaniques en révolte, Armoricains jaloux de leur autonomie, tribus helvètes bien décidées à interdire l’accès à leurs montagnes… À Vindossa jardin d’Éden protégé du monde extérieur Ygrène, une puissante magicienne, s’efforce de rassembler les ennemis de Rome. Il ne manque qu’une étincelle pour mettre le feu aux poudres, et elle viendra de Judith de Braffort, fille d’un noble armoricain, envoyée à Vindossa par un dieu assez mystérieux. À Rome pourtant, alors que les légions se mettent en marche pour écraser toute résistance, la vie continue, entre jeux du cirque et chasse aux hérétiques, complots politiques et menaces diverses.

Cette intégrale contient :
– L’Empreinte des dieux
– Le Glaive de Mithra
– Les Sortilèges de l’ombre
– Chronologie Glossaire Mithra et le mithriacisme

Chronique : Rome, la capitale du monde civilisé est remarquablement mise en scène, l’action de cette uchronie se situe au VIIIème siècle et réunit les protagonistes survivants de l’empreinte des dieux.
Si vous aimez l’empire romain laisser vous emporter par cette histoire où le christianisme n’est pas né et a été remplacé par le culte de Mithra
. Dans les années 1500, Judith, fille du duc Morvan de Braffort, coule une jeunesse heureuse en Armorique auprès de ses frères et de Christina, la nouvelle épouse de son père. Elle n’ignore pas qu’à Rome, l’empereur, après que l’hérésie chrétienne ait été pratiquement décimée, entend bien étendre à toutes les provinces le culte exclusif de Mithra, mais Rome est si lointaine ! Aussi, en dépit de son vif déplaisir, ne mesure-t-elle pas immédiatement les changements que va entraîner l’arrivée de Savanarol au château de son père que le prêtre, fanatique, entend bien convertir en même temps que ses gens.
En dépit de son prosélytisme, il va pourtant se heurter à un mur, même si les réticences de Morvan sont entourées de toute la diplomatie nécessaire. Ici, on respecte les dieux mais essentiellement les siens. Et ni Judith ni sa belle-mère ne sont de faibles femmes aisées à convertir. Savanarol va cependant trouver une aide inattendue en Frédérique, une cousine veuve et aigrie que le duc a recueillie ainsi que son fils. Le meurtre accidentel de ce dernier par son cousin, au cours d’une sotte dispute, va faire basculer leur vie à tous.
Pendant que Frédérique, exilée, va partir pour Rome et, forte d’une haine sans mesure encouragée par les prêtres de Mithra, va gravir rapidement tous les degrés du culte pour pouvoir assouvir sa vengeance, les fils de Morvan, par sécurité, vont également devoir s’éloigner.
Quant à Judith, en dépit du chagrin qu’elle en éprouve, elle ne pourra non plus demeurer avec les siens car elle a rencontré un dieu. Quel dieu ? Elle l’ignore mais elle n’oserait désobéir à l’ordre donné : rejoindre la magicienne Ygrene, dans son domaine de Vindossa, et en devenir l’apprentie.
Il ne neige pas à Vindossa, le temps y est toujours doux et les arbres fleuris. C’est un lieu de grand pouvoir, de ce pouvoir qu’Ygrene acceptera d’enseigner à Judith à condition qu’elle obéisse en tout et ne dérange pas son époux, l’énigmatique magicien Laran qui erre parfois avec Vinkey, un lion apprivoisé autant que magique.
Et c’est en ce lieu de pouvoir que vont se réunir les plus puissants de magiciens pour contrer le désir d’hégémonie de Rome qui est, en réalité, celui de Mithra, car même les dieux doivent respecter l’équilibre.
Judith va d’abord être chargée de rechercher l’aide d’Ogmios, le dieu guerrier, dont le pouvoir, comme celui des autres dieux, a diminué en même temps que le nombre de ses fidèles. Il lui faudra ensuite rallier Charles, comte des marches de Germanie, rebelle et proscrit après avoir essuyé une sanglante défaite à Trèves contre l’armée romaine. Et c’est lui qui viendra à son secours lorsque, trahie, elle tombera aux mains du général romain Agrippa sur le chemin du retour. Car c’est bien sur Vindossa que marche une immense armée romaine, aux ordres d’un empereur qui, sur l’instigation du grand-prêtre Eunomos, entend écraser toute résistance.
C’est donc sur ce champ de bataille, où elle va combattre aux côtés de ses frères, que se joue l’avenir des dieux… Les uchronies de Rachel Tanner sont de purs moments de délice et de délire, car on sent l’auteur extrêmement bien documentée — elle a une formation d’historienne et d’archéologue. Elle se délecte et nous régale de truculentes histoires de batailles, de conflits entre humains ou entre dieux païens, d’amour ou de sorcellerie. Des jeux du Cirque aux plaisirs des Thermes, du marché aux légumes aux bordels officiels, des catacombes au Palais impérial, nous sommes conviés à une visite guidée d’un genre particulièrement vivant. Rachel Tanner bénéficie d’une voix, d’une écriture, d’une inspiration. Il serait facile de se référer à quelque spécificité féminine, quitte à souligner, dans un a contrario supposé, le goût pour les combats, la violence des affrontements, la crudité énergique du vocabulaire, fort bien venue au moins dans les dialogues, voire le fait que lorsqu’un personnage est aussi narrateur, c’est un homme. N’empêche. À côté de la cervelle parfois répandue, des horions et des rats voraces, on découvre une immense attention aux gens. Aux femmes, aux enfants en particulier. Sans mièvrerie ni moralisme, comme en fait foi le splendide portrait des deux concubines d’un patricien. Sans misérabilisme non plus, mais avec réalisme quant à la misère et l’injustice, à la douleur et aux blessures, ou à l’exploitation, y compris sexuelle, y compris celle des enfants, ceci avec une authentique sensibilité, de celles qui font cogner fort, et droit à l’estomac. Et avec, en fait, une attention constante aux choses et aux gens, et une volonté de parler du passé non tel que le mythifient les adeptes du « bon vieux temps » mais tel qu’on peut le connaître, quitte, à partir de là, à le modifier et à le rêver, mais dans ses dégueulasseries et son humanité mêlées. Avec cette intégrale de Rachel Tanner les lecteurs auront fort envie de se le procurer. Mnemos  offre une sublime  couverture plus que réussie . A lire et relire .

Note : 9,5/10

 

  • Broché: 600 pages
  • Editeur : MNEMOS (16 mai 2019)
  • Collection : ICARES
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2354087357

51U+ddTXTWL._SX358_BO1,204,203,200_

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s