Lou, après tout : Le Grand Effondrement (1) de Jérôme Leroy | 16 mai 2019

Lorsque la civilisation s’est effondrée, le monde allait mal depuis longtemps. Bouleversements climatiques, émeutes, épidémies inquiétantes et dictatures… c’était un monde en bout de course, où l’on faisait semblant de vivre normalement. Le Grand Effondrement était inévitable, mais nul n’aurait pu imaginer ce qui allait suivre.
Quinze ans plus tard, Lou et Guillaume font partie des survivants. Elle est adolescente, lui a une trentaine d’années. Il l’a recueillie quand elle était toute petite. Réfugiés dans une ancienne villa perchée sur un mont des Flandres, ils savent que le danger peut surgir à tout instant.

Chronique :Nombreux sont les récits, depuis quelques années, se situant dans des univers postapocalyptiques. Il devient de plus en plus difficile pour les auteurs de se démarquer du reste de la production. Jérôme Leroy se lance à son tour dans la mêler, pour quel résultat ? L’attachement aux personnages est un aspect primordial dans ce genre d’œuvre si l’on veut que le charme opère et là-dessus on peut dire que l’auteur sait manier sa plume. Les deux personnages principaux sont parfaitement décrit mentalement. Leur état d’esprits et leur volonté de survivre permettent au lecteur de s’immerger facilement dans un monde infernal où le péril est partout. L’auteur s’amuse à surenchérir sur les menaces habituelles des mondes en ruine où règne la loi du plus fort en confrontant les protagonistes à une double menace de style mort-vivant. En plus d’apporter un peu d’originalité à ce genre très présent, il rend l’angoisse d’évoluer dans ce monde encore plus angoissant. Plutôt que de distiller les informations sur les origines de la catastrophe qui ont mis fin à la civilisation moderne par petites touches comme on le voit dans tant d’autres œuvres, l’auteur opte pour un long flash-back qui, pour aussi frustrant peut-il paraître dans un premier temps car l’intrigue principale ne progresse pas, n’en reste pas moins passionnante. Sans trop en révéler la lente agonie à laquelle on assiste trouve un écho en chacun et tient le lecteur en haleine même si certains aspects de cette fin du monde peuvent sembler un peu trop surréalistes pour être crédibles. Ce premier volume de ce qui sera à terme une trilogie au mérite de poser des bases solides qui donnent fortement envie d’en découvrir la suite.

Note : 8/10
Chronique de Christophe C.
  • Broché: 384 pages
  • Editeur : Syros Jeunesse (16 mai 2019)
  • Collection : GRAND FORMAT SYROS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2748526341

51e6IWXEciL._SX340_BO1,204,203,200_.jpg

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s