Personne ne sort d’ici vivant de Adam Nevill | 8 juillet 2020

Stéphanie est seule, sans argent, et elle peine à trouver un logement. Aussi croit-elle que la chance lui sourit quand elle finit par dénicher une chambre au loyer abordable dans une vaste demeure de Birmingham. Mais au 82, Edgehill Road, on aurait tort de se fier aux apparences.

Achat : https://amzn.to/3iVy12i

Chronique : Dans  Personne ne sort d’ici vivant Adam Nevill explore le sort d’une jeune femme solitaire et désespérée. Elle prend une chambre au 82 Edgehill Road à Birmingham parce que c’est bon marché comme des chips à 40 livres par semaine. Elle a un emploi temporaire pour distribuer des échantillons au centre commercial de l’arène et il est temps de prendre un nouveau départ. Elle n’a rien d’autre, personne pour l’aider et, contre son gré, il est temps de passer la première nuit dans sa nouvelle maison.

Le premier chapitre catapulte le lecteur dans une atmosphère chargée de tension, de bruits, de voix, de planches qui craquent, de grattements, et le matelas à ses pieds plongeant comme si le poids soudain de quelqu’un était assis.

Personne ne sort d’ici vivant est bien plus qu’une histoire de maison hantée, il y a une petite base de personnages qui maintient les choses serrées et le personnel. Le propriétaire, « Knacker » McGuire, et son intimidant cousin Fergal se hâtent de rendre au 82 Edgehill Road sa gloire d’antan après une interruption forcée. Ils apportent l’intimidation, à la fois effrayante et manipulatrice, elle a beaucoup de raisons de réfléchir à deux fois avant d’avoir mis les pieds dans ce lieu misérable.

Stephanie Booth se rend vite compte qu’elle a fait la plus grosse erreur de sa vie, cette maison a une histoire maléfique pleine de malveillance et d’angoisse. Bien vite, la fuite n’est plus qu’un rêve dans un monde de cauchemars. Il n’y a pas que le surnaturel dont il faut avoir peur, il y a le vivant et l’inconscient ne vous sauvera pas.

Cette histoire est longue, plus de 500 pages, mais elle n’en avait certainement pas l’air. Adam Nevill évite l’horreur qui brûle lentement en sautant directement dans la partie profonde et en gardant les nerfs déchiquetés car la tension ne se relâche pas pendant les deux tiers de l’histoire. La maison elle-même et les horreurs qui s’y déroulent prennent presque le rôle d’un personnage terrifiant, un environnement horrifiant qui est complètement captivant, tout comme l’effet que cela a sur Stéphanie.

Aux deux tiers du parcours, l’auteur freine brutalement et cruellement après vous avoir maintenu pendu au bord du précipice sans aucun répit pendant la plus grande partie de l’histoire. J’ai eu l’impression de commencer une nouvelle histoire et quelques malédictions sont passées sur mes lèvres. Je me suis demandé s’il n’aurait pas mieux valu en finir là, et cela a continué pendant un certain temps alors que je commençais à sauter à travers, à m’ennuyer. L’histoire est finalement revenue à la vie et les nerfs se sont à nouveau tendus avec une fin satisfaisante.

En conclusion, j’ai vraiment apprécié « NPersonne ne sort d’ici vivant », à tel point que j’ai été ennuyé par le laps de temps de l’histoire qui a détruit l’appréhension. Mais à la réflexion, c’est probablement une réaction positive par rapport à la grande majorité et à la tension tenace qu’elle contient.

C’est donc sans aucun doute mon préféré d’Adam Nevill qui à une atmosphère intensément sombre et sale qui se joue sur votre esprit tout en écoutant les bruits de votre maison, ce craquement de plancher, un murmure. Il n’y a pas d’issue et personne n’en sort vivant.

Note : 9/10

 

  • Broché : 504 pages
  • Editeur : Bragelonne (8 juillet 2020)
  • Collection : Bragelonne Terreur
  • Langue : Français
  • ISBN-13 : 979-1028105464

51C63oUNLML._SX319_BO1,204,203,200_

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s