TEST DVD : Les heures sombres (15 mai 2018) de Joe Wright avec Gary Oldman, Kristin Scott Thomas

Homme politique brillant et plein d’esprit, Winston Churchill est un des piliers du Parlement du Royaume-Uni, mais à 65 ans déjà, il est un candidat improbable au poste de Premier Ministre.

Chronique : « Les Heures Sombres », nouveau biopic sur Churchill mise comme souvent sur l’image du héros, soit cet homme politique hors norme interprété sans faille par Gary Oldman, qui lui donne ainsi une personnalité haute en couleur, tant par son apparence que par sa prose… Et l’acteur s’y prête à merveille, avec une efficacité qui fait fureur, autant dans son humour, ses doutes et son humeur ! Sa prise de fonction est décrite ici avec beaucoup de tact, et analysée avec pertinence, aussi bien du point de vue de ses détracteurs que de son entourage. La politique de l’époque quant au contexte de guerre et de sa problématique, est aussi brillamment illustrée… Le plus étonnant est que ce pan d’histoire avec cette opération Dynamo, est exactement celui traité dans « Dunkerque » de Nolan, mais ici sur le plan essentiellement politique et stratégique. Gary Oldman, remarquable de bout en bout, et auquel nous nous attachons naturellement. C’est, enfin, un scénario qui ne laisse pas de place au hasard et qui est extrêmement efficace . Un film marquant, qui permet de réaliser une nouvelle fois à quel point l’Histoire aurait pu prendre un cours différent avec un autre dirigeant à la place de Churchill.

61Xc496KhvL._SX679_

TEST DVD :

Video : Joe Wright est connu pour son art visuel, et le film malgré sa nature austère et sa concentration masculine, s’intègre parfaitement dans le canon du réalisateur. Heureusement, ce sublime transfert MPEG-4 1080p / AVC d’Universal rend hommage à la photographie de Bruno Delbonnel, nominé aux Oscars, qui juxtapose joliment des regards sévères et des intérieurs empreints d’une chaleur luxuriante et invitante qui enveloppe le spectateur. Une clarté et un contraste exceptionnels font ressortir les délicats tissages de costumes, rehaussent la profondeur et mettent en valeur les intérieurs ornés du palais de Buckingham et de la résidence de Churchill. Bien qu’il n’y ait pas de point de grain visible, l’image dégage toujours une merveilleuse sensation de film qui rappelle les films de la période historique de Churchill. Les couleurs sont un peu atténuées pour refléter la nature désastreuse de la situation, mais des éclaboussures de paysages verts verdoyants et des éclats d’or et de rouge percent le tableau. Les noirs sont luxueusement riches, les blancs sont brillants mais ne fleurissent jamais, et les tons de chair restent naturels et constants tout au long. Les détails sautent de l’écran, des motifs complexes de papier peint aux gravures croustillantes sur des lunettes en cristal, tandis que des gros plans pointus soulignent les lignes, les rides et les taches sur les visages des personnages âgés, ainsi que la belle fraîcheur du teint de Lily James.

Audio :  Bien que les accents surround soient faibles, la fidélité supérieure et la profondeur tonale permettent à l’audio d’obtenir une sensation d’enveloppement fluide. Une séparation stéréo plus distincte est visible à l’avant, car des transitions douces élargissent bien le paysage sonore. Le tapotement des touches de la machine à écrire, le bruit d’un bouchon de champagne et le tic-tac d’une horloge sont merveilleusement croquants, tandis que des éléments plus explosifs comme le grondement des moteurs et des explosions de bombes qui tombent excitent les sens sans les agresser. Les basses fréquences sont puissantes et une large gamme dynamique gère tous les hauts et les bas sans aucune distorsion. La musique de Dario Marianelli, collaborateur de longue date de Wright, qui a remporté un Oscar pour Atonement , jouit d’une belle présence et remplit  avec aisance, et même si certains dialogues sont difficiles à comprendre en raison de la livraison graveleuse d’Oldman, facile à comprendre. C’est une piste beaucoup plus intéressante que ce à quoi on pourrait s’attendre, et l’excellent rendu accentue son impact.

Bonus :

« Dans les Heures Sombres » :Cet EPK comprend des interviews avec le réalisateur Joe Wright et les acteurs Gary Oldman, Kristin Scott Thomas, Lily James et d’autres, ainsi que divers membres du personnel technique. Les sujets abordés comprennent la prémisse du film, les personnages, le maquillage, les cheveux, les costumes, la conception de la production, les détails historiques, le style de réalisation de Wright et la tâche ardue de reproduire la Chambre des communes britannique. Beaucoup d’extraits de films et de séquences en coulisse étoffent cette pièce venteuse mais pas particulièrement substantielle.
« Gary Oldman : devenir Churchill » : Dans cette courte histoire, Oldman parle de la tâche décourageante et du grand privilège de dépeindre une figure historique si noble et identifiable, et décrit sa préparation et son approche pour le rôle. En outre, ses collègues louent ses pouvoirs transformateurs, analysent la personnalité colorée de Churchill et passent en revue les prothèses et le maquillage qui ont aidé Oldman à devenir Churchill.
Commentaire audio de Joe Wright : Le réalisateur Joe Wright s’assoit pour un commentaire discret mais intéressant et passionnant qui offre une perspective à la fois historique et cinématographique. Wright dit que travailler avec Oldman était «peut-être le plus grand honneur» de sa carrière, et il parle de sa collaboration avec l’acteur, ainsi que du maquillage et des prothèses qui ont transformé Oldman en Churchill. Il discute également du style visuel distinct du film, de l’importance d’avoir de fortes voix féminines dans l’histoire, de son attachement à un dialogue rythmé, des thèmes du doute et de l’isolement qui imprègnent le récit et du rôle de Ben Mendelsohn. En outre, il saupoudre dans des morceaux de Churchill trivia (comme Churchill a écrit plus de mots au cours de sa vie que Shakespeare), souligne des moments dans le film qui lui déplaisent, révèle la saleté a été ajoutée à certains extérieurs du bâtiment , et note que John Hurt devait initialement jouer à Neville Chamberlain. C’est toujours un plaisir de voir le point de vue d’un réalisateur sur son propre travail, et les remarques candides et perspicaces de Wright ajoutent beaucoup à ce beau film

 

  • Acteurs : Gary Oldman, Kristin Scott Thomas, Ben Mendelsohn, Lily James, Ronald Pickup
  • Réalisateurs : Joe Wright
  • Format : Couleur, PAL
  • Audio : Italien (Dolby Digital 5.1), Allemand (Dolby Digital 5.1), Anglais (Dolby Digital 5.1), Français (Dolby Digital 5.1)
  • Sous-titres : Turc, Italien, Français, Néerlandais, Allemand
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Anglais
  • Région : Région 2
  • Rapport de forme : 1.85:1
  • Nombre de disques : 1
  • Studio : Universal Pictures France
  • Date de sortie du DVD : 15 mai 2018
  • Durée : 120 minutes

61ZHpKrBL1L._SY445_

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s